discours politiques

Beaumarchais

Paroles d'hommes politiques, citations et bévues

Beaumarchais faisait dire à Figaro à propos de la politique : « … Mais feindre d’ignorer ce qu’on sait, de savoir tout ce qu’on ignore ; d’entendre ce qu’on ne comprend pas, de ne point ouïr ce qu’on entend ; surtout de pouvoir au-delà de ses forces ; avoir souvent pour grand secret de cacher qu’il n’y en a point ; s’enfermer pour tailler des plumes, et paraître profond quand on n’est, comme on dit, que vide et creux ; jouer bien ou mal un personnage, répandre des espions et pensionner des traîtres ; amollir des cachets, intercepter des lettres, et tâcher d’ennoblir la pauvreté des moyens par l’importance des objets : voilà toute la politique ou je meure ! »

Les hommes politiques ne sont pas plus sots que les autres, cependant ils le paraissent souvent parce qu'ils parlent infiniment plus que leurs concitoyens. Exemple:

 Un élu d’opposition de la ville de Brest s’est écrié un jour à la discussion du budget, en direction de la majorité (de gauche) :« Que vous nous donniez des leçons d’arithmétique est déjà difficile à avaler mais nous n’acceptons pas que vous nous donniez des leçons d’hypocrisie. » Que j’aime ces envolées qui s’écrasent en bout de piste ! Les exemples sont légion, depuis le célèbre : « Le char de l’état navigue sur un volcan. » en passant par « Si c’est possible c’est fait, si c’est impossible ce sera fait. » (mot de M. de Calonne à Marie-Antoinette), ou le tragique « Tout est prêt. J’entends par être prêt, que si la guerre devait durer un an, nous n’aurions pas besoin d’acheter un bouton de guêtre. » (Maréchal Leboeuf le 15 juillet 1870), ou encore le comique Jules Vallès pendant la Commune de Paris : « Je voterai contre la proposition [de Courbet de supprimer Dieu par décret], Dieu ne me gêne pas. Il n’y a que Jésus-Christ que je ne peux pas souffrir comme toutes les réputations surfaites. » La sottise surgit dans le discours improvisé, pour faire gagner la postérité à un modeste parlementaire ou à un Maréchal de défaite.

    

×