<!-- Global site tag (gtag.js) - Google Analytics --> <script async src="https://www.googletagmanager.com/gtag/js?id=G-X9NMHL6VD8"></script> <script> window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'G-X9NMHL6VD8'); </script>

 

Nouvelles

Les secrets de Mardi gras

Editions de la Gidouille

Les secrets de mardi gras       

Variation 7

 "Le surlendemain du Mardi gras, cinq femmes du village se présentaient au bureau de police de ..."

        Telle est la première phrase de "L'Affaire Lerouge" d' Émile Gaboriau publié en 1886, considéré comme le premier roman policier français contemporain, celui qui aurait inspiré Sherlock Holmes à Conan Doyle. C'est le point de départ choisi par La Gidouille pour émoustiller l'imagination des auteurs de ce livre qui devaient poursuivre cette première phrase à leur guise, sans forcément faire du polar.

        La nouvelle "Les mystères de Camen" nous transporte dans un hameau du Sud Finistère ou se passent des choses étranges, un dentier disparaît et un homme reparaît après avoir été enlevé par des extraterrestres. Péripéties des années cinquante dans la campagne bretonne.      

En costume d'huîtres

Editions de la Gidouille

En costume d'huîtres        

Variations 6

Pour ma deuxième participation au recueil de nouvelles annuel de la Gidouille, intitulé cette année ‟En costume d’huîtres”, je livre une nouvelle inspirée de la photo d’un vélo couvert de coquilles d’huîtres : ‟Le raidillon”.

        Mon petit-fils de quatorze ans m’avait demandé d’écrire sa biographie. J’ai reculé devant ce travail considérable. Je me suis contenté de le faire figurer dans cette nouvelle où je tente d’expliquer, entre-autres choses, son horreur de la pratique du vélocipède : C’est la bicyclette qui raconte. Une jeune et jolie institutrice vivant seule avec son fils (elle s’appelle Paulette évidemment) va à l’école à vélo. Elle rencontre un jeune homme sur le chemin de l’école mais le marlou ne plaît pas à la bicyclette, qui fait tout ce qu’elle peut pour faire échouer leur liaison. Exaspérée la femme jette la bicyclette à la mer…

       Tout finira bien, peut-être. Le recueil comprend une vingtaine de nouvelles savoureuses à base d’huîtres et une saynète non moins délectable.

www.lagidouille.fr

Vous qui passez sans me voir

Variations 5

     Pour son 5 e "Variations" La Gidouille a largement diffusé une idée directrice et large : " Vous qui passez sans me voir". Les textes choisis par un jury, ont toute la légitimité d'une qualité émotionnelle et littéraire revendiquée et âprement délibérée.

    Les auteurs, connus et aguerris ou amateurs et prometteurs, sont issus de toute la France. On s'amuse, on rit, on pleure, on frissonne, on tremble, en un mot, cette lecture de textes courts est aussi variée dans la forme (dessin, prose, poésie) que dans le ton. Un excellent cru ! (Quatrième de couverture)

   Ma contribution à ce recueil consiste en une nouvelle intitulée : "M. Legrand". C'est l'histoire d'un garagiste qui aimait trop les fraises des bois.

Vous qui passez couverture

L'ombre du désir et autres nouvelles

http://www.editionsitineraires.com

L'ombre du désir

        La grande règle de Confucius prétend que des correspondances ou interactions unissent indissolublement l’homme à la nature et le physique au moral. Ces correspondances sont mystérieuses car notre société n’y accède pas facilement, dans la dictature du désir, l’immédiateté, le matérialisme de jouissance et l’illusion de puissance qui l’aveugle. L’homme ne pense qu’à sa survie et il pense trop. La connaissance et l’intelligence sont parfois des obstacles à l’éclosion de la vérité. Le poète peut s’en approcher. Ou le sage, mais le sage n’écrit pas.

        Ce recueil de textes parfois très courts, ne cherche qu’à éveiller les sens du lecteur pour qu’il subodore les interactions quotidiennes qui gouvernent la vie et la mort, la haine et l’amour, la religion, le travail, la politique, la science ou l’histoire. Ce livre reflète ainsi le fatras des hommes, incapables de se comprendre, perdus dans leurs propres créations, hébétés de désirs.

        Ici, pas de clé. La lecture est lisse, le mystère est caché dedans.        

Couv maquette01

Les célestes, histoires de femmes

Couverture

http://editionsdudesir.fr

http://nouvellesetrecits.com

Les célestes, histoires de femmes

Tour du monde des âmes féminines en vingt récits... Terra incognita.

Quel homme n'a connu de femmes célestes ? Une mère auréolée de lumière, une gamine secrètement adorée à l'école, la fille du premier baiser presque chaste, les amoureuses des tempêtes adolescentes, la femme des nuits veloutées et enfin la vieille dame vénérée dans son aura de soie rose.

Les véritables célestes sont terrestres, anges incarnés, femmes. Elles ont quelque chose  à faire d'essentiel, de grand comme le ciel. Parfois d'être belles tout simplement. De créer ou de bâtir. Ou d'aimer et d'être aimées aussi, d'être vierges ou mamans et de s'élever ainsi, au-dessus de la plate humanité dans un combat infini.

Petites histoires de mes nuits lointaines

Numerisation0006

http://www.edilivre.com

Petites histoires de mes nuits lointaines

        Entre fausses légendes bretonnes et humour noir, ces quatorze nouvelles content le quotidien tragi-comique de l'univers décalé de l'auteur.

       De l'époque des chevaliers errants à la dernière guerre, du port de Brest à l'Inde profonde, ces promenades dans le temps et l'espace ouvrent au lecteur un dépaysement pour le moins surréaliste.

       Ces récits, marqués du sceau de la Bretagne, abondent en références et clins d'oeil locaux. Le lecteur partira donc chasser avec le roi Morvan, l'Ankou le guettera dans les fermes et les korrigans envahiront sa vie de bureau. Les vrais coupable de la destruction de la ville d'Ys seront démasqués et le mystère du phare de Tevennec définitivement éclairci. La vie ordinaire rejoindra enfin le rêve.

        Souvent dans mes déplacements professionnels, les soirs de solitude, sur un coin de table dans un bar ou sur l'étroite tablette d'une chambre d'hôtel faiblement étoilé, j'écris à ma femme de petits textes, inspirés des préoccupations du moment transposées  dans l'étrange ou le farfelu. Sans contraintes aucune, j'écris pour elle, pour moi, pour être ensemble un moment de nuit.

Date de dernière mise à jour : 15/02/2020

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire