<!-- Global site tag (gtag.js) - Google Analytics --> <script async src="https://www.googletagmanager.com/gtag/js?id=G-X9NMHL6VD8"></script> <script> window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'G-X9NMHL6VD8'); </script>

 

Romans historiques

Les aventures du chevalier de Fréminville, marin, savant et travesti

Freminville

Christophe-Paulin de la Poix de Fréminville nait à Ivry-sur-Seine en 1787 dans une grande famille d’écrivains, juristes, ingénieurs et marins. Il est fait Chevalier de Malte dès son enfance. Engagé dans la marine à 14 ans, il poursuit une carrière d’officier de marine jusqu’au grade de Capitaine de frégate et participe à plusieurs combats navals. Amoureux de la Bretagne, il réside à Brest entre deux campagnes et y prend sa retraite. Il décède de maladie dans cette ville en 1848.

Fréminville est un original, royaliste et légitimiste. Dès l’adolescence il s’intéresse à la nature, il suit les cours de Lamarck et Brongniart au Muséum d’histoire naturelle. Il manque de mourir de la fièvre jaune à Saint-Domingue, navigue en mer Glaciale, en mer Baltique, aux Caraïbes …

C’est là qu’il rencontre Caroline et vit une tragique histoire d’amour qui bouleversera sa vie. À son retour en France, il paraîtra régulièrement en public habillé en femme.

Écrivain prolixe et érudit, il fait l’éloge du costume féminin et produit de nombreux ouvrages sur la navigation, l’histoire du Moyen Âge et les ‟antiquités” de Bretagne. Fréminville est encore cité aujourd’hui, pour ses observations archéologiques. Celtomane, romantique, naturaliste, archéologue, franc-maçon, marin et chouan à l’occasion, il laisse dans la mémoire des Brestois, qui l’acceptent curieusement tel qu’il est, l’image d’un travesti savant, et d’un Templier d’un autre âge.

Sous le titre « Les aventures du chevalier de Fréminville, marin, savant et travesti » mon livre est publié par Coop Breizh, en vente en librairies et sur le net 

Morvan lez Breizh, Roi des Bretons

http://www.yoran-embanner.com

Morvan est mort pour sa patrie car il refusait de payer un quelconque  tribut aux Francs. L'Empereur Louis le Pieux, fils de Charlemagne, l'a vaincu par les armes. Dans ce pays portant le nom de son Roi, émeraude serie au coeur de la Bretagne, sa mémoire clame encore le désir de liberté du peuple breton.

Ce héros n'est pas seulement un chevalier blanc portant la croix noire bretonne mais aussi un homme de sang, de désirs et de foi, dans un siècle de révoltes. Morvan guerrier et paysan, mystique et ensorcelé, ne craint pas la mort, familière et rassurante. Il est sorti vivant de l'Yern ifern.

Ce livre évoque le haut Moyen Age breton. Avec ses gens, ses bêtes, ses croyances, ses forteresses en bois et le vacarme des batailles héroïques à l'arme blanche. Et aussi l'imaginaire médiéval si riche, tout empli de symboles oubliés aujourd'hui.  

 

 

 

Morvan lez Breizh Roi des Bretons

Portzmoguer. Un corsaire au service d'Anne de Bretagne

Numerisation0004

http://www.yoran-embanner.com

 

Il y a 500 ans, Hervé de Portzmoguer, que les historiens français ont appelé Primauguet, écumait les mers depuis l'Islande jusqu'à Mytilène (Lesbos). Pirate ou corsaire, à l'époque il n'y avait guère de différence, il est dévoué corps et âme à Anne de Bretagne, la duchesse trois fois reine. Maître de la mer d'Iroise, il achèvera sa vie de combats en héros, faisant sauter son vaisseau, Marie la Cordelière, pour couler le Regent, navire de l'amiral anglais Howard, son ennemi de toujours.

 

Portzmoguer est un grand caractère breton, intrépide marin, combattant féroce, joueur, buveur, cependant obsédé par la contrition et la mort.

   

20 ans en 1939, marin à Mers el-Kébir

http://www.editionsgisserot.com

 

Fanch Calounec a 20 ans en 1939. Ouvrier à l'arsenal de Brest, il est incorporé comme matelot à bord du Dunkerque, un cuirassé sur lequel il travaillait peu de temps auparavant. Le voilà jeté dans la guerre, la discipline militaire et le mal de mer. Le jeune homme, fiancé, bagarreur,fêtard et travailleur acharné essaie de s'adapter. Il plonge dans le mazout en feu au combat de Mers el-Kébir, quand les Britanniques attaquent la flotte française au mouillage, les 3 et 6 juillet 1940, tuant près de 1300 marins.

Portrait d'un homme de caractère, ce roman décrit avec verdeur et truculence, une situation inédite où le devoir de chacun s'égare et risque à chaque instant de s'opposer à son honneur. Il nous fait entrer dans les postes d'équipage de ces marins vaicus, sans nouvelles de leurs familles qu'ils savent sous la botte allemande et les bombardements alliés.

Ce livre dit aussi la nostalgie des anciens navires de guerre hérissés de canons, rapides et superbes, regret du bel ouvrage des ouvriers de l'acier mais il  n'oublie pas que c'étaient des machines à broyer les hommes. 

Numerisation0003

Date de dernière mise à jour : 25/06/2020

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire